Accéder au contenu principal

Horror humanum est

En ce dernier jour du mois d'octobre, tout le monde cherche à se faire peur. C'est la règle. 
Si vous êtes, vous aussi, un amateur de frissons dans le dos, voyez plutôt ce que j'ai trouvé...
Horror humanum est est une websérie d'animation qui raconte, avec un humour grinçant, les pires infamies de l'humanité. Cédric Villain, professeur d'art appliqués à Roubaix, dans le nord de la France, et maître d’œuvre du projet explique en quelques mots le pourquoi de la série. " L’objectif n’est pas de recenser toutes les batailles et les massacres, le travail serait trop considérable. [...] Son sujet est plutôt de remettre en mémoire quelques méfaits commis au nom de logiques sociales et culturelles dont la bizarrerie et l’horreur ne se révèlent qu’à la mesure de nos valeurs actuelles. [Elle rappelle] combien les notions de civilisation, de morale, les valeurs de bien et de mal sont relatives à une culture et une époque."
J'ai visionné plusieurs capsules et si ce n'était le sujet, toujours déconcertant, cette websérie aurait eu plus de succès lorsque son auteur l'a proposée à diverses chaînes de TV, il y a quelques années. C'est délicat, en effet. Les animations sont simples mais belles, la bande sonore est, elle aussi, toujours bien faite, et les deux font même parfois sourire. Mais dans le fond, le récit est glaçant. Toutefois l'auteur n'invente rien et si c'est malaisant, c'est surtout parce que c'est vrai. 
Faites-vous votre propre idée - je vous ai mis un teaser plus bas - mais quant à moi, ce genre d'animation devrait se retrouver entre les mains de tous les professeurs d'histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toujours plus de condos, toujours plus de bureaux!

Vous aussi, vous les avez vues toutes ces grues qui poussent au centre-ville comme des champignons, n'est-ce pas?  Est-ce pour répondre au phénomène de gentrification ou pour soigner le complexe d'infériorité de la belle Montréal, dont la forêt de buildings est loin d'être aussi dense que celle de ses voisines nord-américaines? Voici, ici, un reportage du téléjournal de Radio-Canada qui nous permet d'y voir plus clair.





Le passage de la discorde

Dans l’imaginaire canadien, l’Arctique est à peu près le seul sujet qui rassemble tous les citoyens, le thème qui supplante le clivage linguistique. Même si très peu de Canadiens iront au nord du 60ème parallèle, les gouvernements fédéraux, et notamment celui de Stephen Harper, ont compris l’importance politique de ce territoire.
Marie-Christine Lalonde-Fiset, coordonnatrice de l’OPSA (Observatoire de la politique et de la sécurité de l’Arctique)



Depuis les années 1970, le réchauffement climatique transforme la géographie de l'archipel arctique. Depuis très peu de temps, et seulement quelques semaines par an, un passage permet aux navires de réduire leur route pour rejoindre l’Europe depuis l’Asie. Le passage du nord-ouest devient un enjeu stratégique. Pour le Canada, ce passage relève du droit canadien et fait partie de ses eaux intérieures. Mais pour les États-Unis, l’Union européenne, le Japon ou la Chine, il s’agit d’un passage international, qui implique donc une liberté de cir…

Tintin en joual…Ça fait jaser!

Depuis sa sortie, le 20 octobre dernier, le premier album de Tintin en québécois, Colocs en stock, (directement adapté du Coke en stock d’Hergé) a fait couler beaucoup d’encre et rarement pour récolter des éloges. Proposé à plusieurs reprises par le sociologue québécois Yves Laberge aux éditions Casterman, le projet a fini par séduire et le « traducteur » a eu carte blanche pour remplir les bulles du célèbre reporter belge. Malheureusement l’accueil populaire a été plus que froid de ce côté-ci de l’Atlantique. « Ridicule », « grotesque », « farce monumentale », les 62 pages ont déclenché l’ire des tintinophiles et des (nombreux) défenseurs de la langue française, donnant lieu à de multiples diatribes souvent dignes du Capitaine Haddock.
Que reproche-t-on à Yves Laberge?
« Une traduction infidèle », « un abus de vocabulaire passéiste », « une sur-joualisation » des dialogues… La liste est longue. Mais le reproche que l’on retrouve le plus souvent dans la bouche ou sous la plume des Québ…